Pourquoi je soutiens le projet Vélingara

  • Par chevaljak
  • Le 19/10/2016
  • Commentaires (0)

Depuis septembre j'ai créé un ordre permanent de 20 euros par mois au bénéfice d'une famille de Vélingara, en Casamance, au Sénégal. Cette famille a au moins une petite fille qui a la chance de ne pas être excisée et dont on espère qu'elle ne sera jamais ni non plus mariée de force.
C'est un contrat passé entre moi qui donne cette somme et le GAMS qui la gère mais aussi avec la famille de la fillette qui chaque mois jusque la majorité de celle-ci percevra 15 euros (ce qui n'est pas grand chose en Belgique mais une belle somme au Sénégal) pour que la gamine soit scolarisée et jamais ne soit excisée ni mariée de force, 5 euros iront à l'équipe locale du GAMS chargée de l'accompagnement des familles et du respect des engagements des parents.
Une opération du même type a été organisée depuis 4 à 5 ans en >Ethiopie par l'association française Femmes Solidaires, opération qui permet à 800 petites filles d'échapper à cette tradition pour le moins barbare.
Actuellement dans le département de Vélingara, dont est issue Kadidiyatou Diallo, la fondatrice du GAMS Belgique, une dizaine de familles bénéficient déjà d'un parrainage, dont le mien même si je ne connait encore rien de "ma filleule" que je ne connais ni son prénom, ni son âge. Je présume que l'équipe locale communiquera bientôt ces quelques renseignements qui me suffisent quant à moi.
L'objectif à court terme est de trouver 40 autres parrains en Belgique (et ailleurs pourquoi pas), pour arriver à 50 parrainages, à ce moment-là les autorités du département de Vélingara interviendraient pour prendre en charge 50 autres parrainages.
Le vendredi 11 novembre 2016, jour férié en Belgique, à 13 h 30 en tant que Coordinateur du CLMGF et parrain dans le projet Vélingara, j'invite mes ami(e)s et leurs relations à nous rejoindre à la cafétaria du Théâtre LE MODERNE, rue Sainte Walburge, 1 à Liège. Là, une grosse équipe d'ami(e)s du GAMS Belgique présenteront le projet et nous espérons y rencontrer le plus possible de candidat(e)s parrains/marraines pour les petites filles de Vélingara.
C'est un projet qui s'étale sur un nombre important d'années et qui sera d'office récurrent au fur et à mesure des naissances car la bataille contre les MGF est loin d'être terminée même si, au Sénégal, le phénomène tend à diminuer.
Dans le cadre de la confection du site du CLMGF, je collationne des paquets de documents, vidéos, articles de presse, liens internet et si dans certains pays les mutilations sexuelles féminines ont tendance à diminuer il y a toujours des pays dont les taux de prévalence sont énormes, je pense à Djibouti, la Somalie mais aussi la Guinée et, hors Afrique... l'Indonésie.
Pire encore sous l'influence d'intégristes islamistes (salafistes - daesh) dans certains pays non encore touchés comme l'Algérie, la Tunisie ou d'autres comme l'Egypte, berceau de "circoncision féminine dite Pharaonique" des "prêcheurs" officient, tentent de faire croire que le Coran prescrit les MGF, ce qui est faux.
Rien n'est jamais gagné, même là où la religion ne peut être mise en cause le poids de la tradition et du "qu'en dira-t-on ?" fait que, malgré les interdictions proclamée par les Etats, malgré les nombreux efforts des femmes courageuses tant sur le terrain qu'ailleurs dans le monde, la bête immonde se renforce.
Début des années 2000 l'ONU prédisait la fin totale et définitive de la pratique des mutilations génitales à l'horizon 2015 ! Nous sommes fin 2016 et force nous est de constater qu'au total il y a encore autant de mutilations qu'en 2000.
Cette lutte parait impossible, inutile, et pourtant elle est relayée de plus en plus dans nos pays dits civilisés, dans les pays Africains aussi via Internet, via le travail de terrain de quelques associations caritatives, de femmes - et même d'hommes - courageux(ses) et décidé(e)s. Je salue mes ami(e)s d'origines djiboutienne, somalienne, guinéenne, sénégalaise, malienne, togolaise... qui sont, en plus, devenues des amies ici en Belgique... pour le combat qu'elles mènent tant avec le GAMS que d'autres associations. Tout le monde est utile dans le grand paquebot de la lutte contre les MGF. Je veux aussi ici remercier toutes mes amies (mais aussi mes amis hommes il y en a !) belges, français, suisses et d'autres pays d'Europe pour leur soutien.
Plus que jamais à Liège et dans la région le Collectif liégeois contre les MGF a sa place avec ses professionnel(le)s des MGF, ses plannings familiaux, ses associations, ses services publics et surtout tou(te)s ces citoyen(ne)s qu'elle soient victimes des MGF, membres ou non d'associations, "non concerné(e)s" parce que simplement humain(e)s. Chacun(e) peut apporter sa pierre et ne doit pas se sentir, ni être exclu(e) de la lutte.
Voila, j'espère quand même te rencontrer toi qui a lu mon texte, que ce soit le vendredi 11 novembre au Moderne à Liège ou dans la vie de tous les jours que nous la passions ensemble dans le réel, le net virtuel où même simplement la correspondance.

Jacques Chevalier, citoyen.
Coordinateur CLMGF

Ajouter un commentaire