AGENRE

AGENRE ou encore NON BINAIRE ou encore HORS GENRES

Bonjour, je m'appelle Jacques Chevalier, je suis le webmaster de ce site des Amis du CLMGF, cette page est consacrée à un statut humain très peu connu mais qui, il me semble, peut avoir sa place ici.

Quand j'ai rencontré Sophie, une jolie dame de 40 et quelques ans à la voix un peu grave, un samedi où avec mes amis gilets jaunes nous occupions l'Esplanade Saint Léonard j'étais loin de me dire que j'allais consacrer des pages de ce site à cette personne et aux personnes qui - comme elle - ne sont pas reconnues, acceptées ni même simplement tolérées dans notre société aux allures pourtant ouvertes aux différences.

En fait je ne sais toujours pas précisément ce que recouvre le terme "agenre", qu'est-ce qui différencie les personnes agenres des homosexuel(le)s, des transsexuel(le)s, est-ce plus physique ou plus mental ?

Sophie m'a dit qu'elle était née "petit garçon" et considérée comme tel par ses parents jusque ses vingt ans, selon elle - elle ne sait pas le prouver, ses parents auraient connu un problème au niveau de l'acte sexuel déterminant la création  de Sophie, un manque de testostérone pour qu'elle soit un garçon à 100 %. Sophie ne s'estime pas "transsexuel(le)" et j'avoue être un peu dépassé sur la question

Où j'ai eu du mal à comprendre ses explications c'est quand elle me parle de son fils victime de pédophilie, tout cela est très confus et mériterait d'être mis à plat, tout est trop imbriqué entre le problème de la reconnaissance par la justice et la Société en général de son état d'agenre et ses accusations vis à vis de personnalités politiques ayant participé de près ou de loin à des crimes dont elle comme son enfant auraient été victimes. Son discours confus fait que les personnes qu'elle rencontre la considèrent comme une folle, victime de délire de la persécution, paranoïaque voire même : bonne à mettre dans un asile psychiâtrique.

Et pourtant je ne suis pas insensible aux problèmes de cette personne et je veux lui venir en aide même si, selon nombre de mes ami(e)s, c'est voué à l'échec et que le statut d'agenre n'existe pas et n'a pas besoin d'exister. De par diverses recherches sur le net je constate que Sophie n'est pas la seule concernée même si peu de gens se disent agenres et que très peu d'articles traitent de ce statut.

Je sais que Sophie est très affectée par sa situation vis à vis de personnaltés bien connues à Liège dans le monde politique et de la justice, et déploit plein d'énergie à écrire des textes de mise en cause. Ce qui, c'est mon avis, la disqualifie tant son style est brouillon et trop invectivant. Elle braque les gens contre elle et croit, à tort selon moi, arriver à un résultat alors qu'elle ne trouve aucun avocat de son propre aveu pour la défendre, alors qu'elle n'a aucun soutien politique ni même humain. Je suis son seul ami sur Facebook, c'est tout dire !

J'ai décidé de lui offrir ces pages du site des Amis du CLMGF alors que ce n'est pas du même ordre que les MGF mais il n'y avait pas d'autre endroit sur mes sites pour y placer la problématique des personnes "agenres". Je crois qu'on peut comparer l'attitude envers les personnes "agenres" à une persécution de personnes dont essentiellement des femmes, j'aimerais que mes nombreu(se)x ami(e)s qui parcourent ce site qu'ils ou elles s'intéressent à ce sujet et donnent leur(s) avis en commentaires.

C'est aussi une forme de solidarité avec au moins une personne qui vit mal sa différence parce que celle-ci est ignorée, condamnée. C'est la raison de la publicité pour cette page au niveau de certains groupes Facebook que je gère, pour vous demander de répondre en commentaires, c'est valable aussi pour  Sophie à qui je demande de se limiter à son statut de personne agenre, de son vécu comme tel(le), de son combat pour que ce soit reconnu, des différences avec les autres classifications de genres.

Pour ce qui concerne toutes les autres affaires qui marquent la vie de Sophie, j'ouvrirai plus tard une page spécifique où elle pourra expliciter clairement les raisons de son combat, l'actualité de celui-ci et les solidarités qu'elle espère avoir.

Merci d'avance pour vos commentaires en bas de page.

Commentaires (3)

Sophie Elisabeth Klinkers
  • 1. Sophie Elisabeth Klinkers | 18/08/2019
Devant cette incompréhension catégorique, cette incompréhension qui s’exprime comme du rejet, je croyais sincèrement que toutes les personnes Agenre avaient le droit à la vie dans la Wallonie, dans le Royaume de Belgique.
Avec le temps je réalise que tous les membres du législatif francophone interdisent aux personnes Agenre l’égalité comme les hétéros et comme les homos, alors j’ai réagi toute seule judiciairement à Bruxelles contre ces crimes de haine, et j’ai déposé des preuves.
D’autres personnes Agenre vis des situations similaires à la mienne, le refus de la reconnaissance avec le judiciaire, avec le législatif.
Concernant le médical la situation est extrêmement grave puisque je suis expulsée suite à diverses raisons, mon identité entre grandement en ligne de compte, Monsieur le Magistrat Benoît Dejemeppe de la Présidence du Conseil National des Médecins à Bruxelles est témoin à décharge concernant des maltraitances volontaires, je n’ai aucun recours dans la Wallonie, donc mon dossier Klinkers est au CSJ.
Je n’entre pas dans les détails, un petit aperçu de mes conclusions se trouve sur mon Facebook Sophie Elisabeth Klinkers, je suis en attende d’une instruction judiciaire au tribunal de Bruxelles.
Sophie Elisabeth Klinkers
  • 2. Sophie Elisabeth Klinkers | 14/08/2019
Etre Agenre c’est ni Homme – ni Femme ou le 2 ensembles, je ne suis pas une GAY, une homosexuelle, je suis un hétéro en traitement hormonal.
Ma mère génétique a eu un problème durant sa grossesse, ce qui à modifier l’apport d’hormone testostérone, les hormones féminine ont pris le dessus.
A naissance la femme était présente dans un corps masculin, aucun médecin n’a compris ma modification génétique.
L’enfance, l’adolescence est parsemé d’épreuves, d’obstacles éprouvant, je ne comprenais pas, à 16 ma mère m’expulse de l’hôtel de mes parents, la peur d’être ruiné si on devait découvrir celle que je suis vraiment.
J’ai été marié, je pensais sincèrement trouver une compréhension chez ma femme, un enfant est né et cela à très compliqué la situation, mon fils est victime d’une situation incroyable, je suis dans des démarches judiciaires à Bruxelles afin d’obtenir l’instruction.
Mes démarches judiciaires afin de présenter un code pénal inexistant, j’ai expliqué des témoignages à Jacques Chevalier émis par des membres du judiciaire francophone concernant le non existence d’un code judiciaire pour les personnes Agenre Trans.
Je suis très consciente que je suis incomprise, les membres du LGBTI me rejettent parce que je suis Asexuée, ce n’est pas la démocratie qu’ils revendiquent devant un peuple.
Je ne suis pas la seul Agenre, je n’ai pas connaissance du nombre que nous sommes, elles ont pratiqué des manifestations et rien ne change, les membres du législatif ne veulent pas cette reconnaissance dans tous les domaines.
La souffrance est très conséquente, et je comprends les autres Agenre, j’ai choisi de venir en aide avec un code judiciaire.
Jacques CHEVALIER
  • 3. Jacques CHEVALIER (site web) | 13/08/2019
J'ai popularisé cet article sur ma page Facebook et sur la page Facebook du CLMGF en demandant aux lecteurs de là de mettre leurs commentaires ici, j'espère que vous le ferez, merci d'avance.

Ajouter un commentaire